Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Cérémonie du thé

Apporter la sérénité et l’harmonie à travers l’art d’une cérémonie du thé adaptée à nos besoins modernes

Cérémonie du thé

«  Gravir lentement
Les longues marches de pierre
Qui mènent au vieux temple Kodai-ji
A travers un monde
D’érables rouges rouille
Qui se déploit comme un parchemin
Je suis venu préparer le thé
Avec l’eau puisée
Dans la mythique
Source de Chrysanthème
Juste une tasse
Je le sais maintenant
Clarifie les choses
Pour toujours. »
Baisaō (1675–1763)

Je propose des ateliers de dégustation et des cérémonies japonaises ou chinoises soit à la carte soit en atelier de groupes (consultez l’agenda dédié) ou en entreprise. J’adapte les possibilités selon vos envies. Pour accorder une grande importance à la qualité des thés proposés, ils sont tous issus de théiers « bio » ou cultivés selon des pratiques respectueuses de la nature et des hommes.

Fonctionnement

Dégustation lors d’ateliers silencieux
Une expérience à partager dans l’harmonie et la convivialité pour qu’ensemble, vous puissiez découvrir ou redécouvrir la dégustation autrement. Même si vous connaissez déjà cette cérémonie, vous pourrez découvrir ici une nouvelle voie en vous écoutant autrement, dans le silence de la dégustation.

Dégustation en groupes 
Organisées sur demande en entreprises, dans des associations ou pour des groupes de travail.
Dégustation et atelier méditatif, avec un thème de la séance à définir en amont. Une séance dure environ une heure et demie.


Pour aller plus loin :

«  Une table nette et une claire fenêtre, de l’encens et du thé.
A l’occasion quelques propos sur le Chan avec un moine vénérable.
Des Espaliers et un potager, un soleil tiède et un vent léger,
Le loisir d’écouter quelqu’un parler de tout et de rien.
Un coup de vent dans les bambous fait danser la fumée légère du réchaud à thé.
Une demi-lune dans les pruniers éclaire fugitivement un reste de neige devant la bibliothèque.
C’est alors qu’on se détache corps et âme et aspire de tout son être à devenir immortel.
Trois beaux jours de printemps font éclore mille fleurs dans un jardin.
Une nuit de vent d’automne abat dix mille arbres sur une montagne.  »
Tu Long (XVIe siècle)

La préparation de cette boisson

Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour la préparer, notamment le rituel du « Gong fu cha » pratiqué dans le sud de la Chine et à Taïwan depuis la Dynastie Qing. Le bouddhisme zen et le thé ont une longue histoire commune et ces deux pratiques s’enrichissent mutuellement. Aussi dit-on communément qu’ils ont la même saveur (禅茶一味).
La nature du zen n’est pas seulement d’être synonyme de « tranquille » ou « relax » mais une offre d’intériorisation progressive pour aller à l’essentiel.

Hui Neng en donne l’essence dans ce poème :
« Il n’y a jamais eu d’arbre de l’Eveil,
Guère plus que de clair miroir,
La bouddhéité est toujours immaculée,
Où y trouverait-on de la poussière?
Aimer le thé dans son essence du thé est pour Sen No Rikyu ceci:
Aller chercher de l’eau,
Préparer le charbon de bois,
Faire bouillir l’eau,
Infuser le thé,
Puis le boire.
« C’est tout? », protesta Enshu.
« Le jour où tu le feras, je traverserai le royaume, me prosternerai à tes pieds et t’appellerai Maître », conclut Rikyu. »